Que cherchons-nous dans le sport, l’activité physique, le mouvement ? Un renforcement, un idéal de soi ? Ou bien une ouverture, une liberté ? La valorisation actuelle de l’activité physique (gymnastique, musculation, jogging, etc.) répond à un désir de performance et de compensation. Plus nous nous sentons faibles, fragiles, rigides, plus nous cherchons une activité puissante, rapide, exténuante.
Loin de répondre à notre attente, une activité physique excessive peut affaiblir notre énergie et augmenter notre souffrance. Un exercice trop puissant, trop mécanique diminue la perception sensorielle, source d’une écoute de soi. Il s’agit de sortir du cercle vicieux « relâchement / effort », « immobilité / mouvement », « passivité / activité », « mal-être / bien-être ».
Par un travail de rééquilibration psychophysique, la TA permet de diminuer l’investissement volontaire, d’affiner la perception sensorielle, de retrouver le sens d’un mouvement global. Pour connaître enfin la satisfaction d’une activité physique réconciliante.